nôtre stoun

24 janvier 2007

Le Stoune du Halazoune (l'histoire drôle)

chkoune chkoune ,chkoune libgha el maâjoune
Bach i ched bih stoune
Stoune l'Halazoune...Nous sommes en 1995. À Casablanca, il n'y a pas encore de Boulevard et la scène musicale casablancaise est tristement ronronnante. Dans le milieu lycéen, les gratteurs de guitare et autres aspirants musicos évoluent encore dans leur petit monde, entre soirées de copains et boeufs improvisés. À cette époque, le terme “fusion” n'était pas encore tendance et les tentatives musicales underground se limitaient aux vociférations des guitares metal.

Et c'est au lycée privé Al Jabr qu'une curieuse ébauche de fusion voit le jour. Amine B., un prodigieux dernier de la classe, franc adepte de l'école buissonnière et guitariste amateur de son état, griffonne ce refrain, un soir d'inspiration : “Chkoun chkoun, chkoun li bgha El Maajoune, Bach yched stoune, stoune El Halazoune”. Et entre deux refrains, il raconte sa galère quotidienne de lycéen. Il improvise ensuite une petite mélodie à quatre accords et le tour est joué. Le morceau est d'abord repris par le cercle d'amis, puis dans tout le lycée, avant d'atterrir dans les oreilles des autres lycéens de la ville. Sans en avoir conscience, Amine venait de créer une petite pépite de culture urbaine.

Deux ans plus tard, le turbulent crée un groupe de musique, les Flying Picolos, avec quelques “jabristes” et un guitariste “made in” Lyautey. La bande se produit à la soirée de fin d'année de l'Ecole française des affaires (EFA). “À l'époque, la majorité des groupes jouaient du rock ou du metal. Ce qui n'était pas très approprié pour animer une soirée en Caftan. La direction de l'école nous a un peu contactés dans l'urgence”, nous raconte Mehdi B., alors guitariste du groupe.

Les organisateurs, au courant du répertoire des Picolos volants, demandent à la bande de faire l'impasse sur le fameux “Stoune El Halazoune” et son refrain, trop provocateur pour l'auditoire. La bande fait mine d'accepter. Mais une fois sur scène, le naturel est revenu au galop : Amine fait signe à ses potes de se lancer. Ils entonnent leur refrain… et se font illico virer de la scène. Ils n'auront jamais l'occasion de récidiver : les années lycée terminées, le groupe allait tout simplement disparaître. Ce n'est pas le cas de leur opus qui survivra pour devenir “l'hymne” informel du lycée El Jabr, où le morceau est transmis de classe en classe, de génération en génération. Peu à peu, la rue se l'approprie, et au refrain, éloge du Maâjoune, viennent se greffer de nouveaux couplets à la gloire du haschisch. La galère de lycéen, décrite par Amine B., est alors remplacée par celle des adeptes du “Legalize it”. Dix ans plus tard, le morceau est devenu la première leçon du guitariste débutant. Et ère numérique oblige, quelques bidouilleurs du Net ont été jusqu'à lui bricoler un premier clip animé, suivi aussitôt de quelques play-back filmés autour de la fameuse chanson, circulant également sur le site Youtube.com. “Chkoun chkoun, chkoun li bgha El Maâjoune…”

parole:

Ou chkoune ou chkoune
Ou chkoune libgha l'ma3joune
Bach i ched bih stoune
Stoune l'Halazoune


Galless taht achajra
Kan 3addel fi jouani
oulli daz iguoul mahboul
Yamma lahchich blani

(refrain)


Gualles Taht l'guitoune (tente)
Sersere (sonner) ettilifoune
Ou mchit' enchouf chkoune
Lkit (trouvé) Jim Morrisoune

(Refrain)

Gualles taht' el 3acha
Ou kane guassass (coupé) fel Hacha
Hta ja dak'al hancha
Ou sifatni (envoyé) l'3oukacha

(refrain)

Ghalles fi janb (coté) al wad
Ou talle3 (monte) marra (d foi) houwad (descen)
Hta ja dak l'kouwad
Kay jma3 liya la3wad (bois)

(refrain)

Mchina l'layroport
Ou nakkazna (soté) dak essor (portail)
Chadna garde corp
Bla visa wala passport

(refrain)

Hazzou ssakadouates (sac a do)
Ou yallah bina lektama
Ktama ya el mahboula
Ou ch'hal sattiti (folle) men daoula

(refrain)

gales fi ras edderb
ri7t el ma3joun kategleb
riye7na flekouanate
karkoubi ou jouanate

(refrain)

ma bine casa ourrif
hya 3assimat el kif
limcha 7ta lektama
rah ghayekmi ou yetkemma

(refrain)

ila ch3elti ja3bouk
tsannat reggae ou l bob
amma ila ftekhti jouane
tsannt l ghiwane

Posté par politiser à 16:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]


18 janvier 2007

No Comment stoun...Chut! Les chômeurs silence svp!!

l'un des 50 qui Feront le Maroc de demain et qui on entre 21 et 25 ans (selon Telquel)

Il s'agit de y.s….! 25 ans.         
'La météorite' selon telquel


voici l'article complet et c'est a vous de jugé le parcours de ce jeune homme diplômé de l'INPT en 2005        !


N’importe quel garçon de 25 ans qui dirait : “Mon objectif, c'est de diriger une grande entreprise publique et, pourquoi pas, un ministère” s'attirerait, au mieux, des sourires indulgents. Pas Y.S, et surtout pas quand on connaît son incroyable parcours. Ce diplômé de l'INPT (télécoms) a déjà été (tenez-vous bien) conseiller du premier ministre Driss Jettou - et à ce titre, cheville ouvrière du programme Moukawalati -, détaché par le même Jettou pour accompagner la restructuration de l'ANAPEC, fondateur et PDG d'une société d'électronique - et à ce titre, fournisseur en technologie Wi-max de Méditel et des Forces Royales Air (!!) -, concepteur d'un modèle d'investissement pour le compte du géant français Thales, porte-parole (élu) de l'Afrique au congrès mondial des jeunes, président du parlement de l'enfant, reçu par de multiples hommes d'Etat dans le monde (dont Romano Prodi, à l'époque président de la Commission européenne), on en passe et des meilleures. Younes, dont le premier boulot a été… directeur général adjoint d'une grosse boîte d'informatique casablancaise (!!) vient d'être recruté par le ministre de l'Intérieur, Chakib Benmoussa. Dans combien d'années prendra-t-il sa place ?

                             !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!                             

Et pour comparé je vais revenir un petit peu sur le Jeudi 15 décembre 2005, à Rabat,  vingt diplômés sans emploi ont protesté en tentant de s’immoler par le feu. Trois parmi eux sont dans un état critique jusqu'à maintenant.

                                           

Posté par politiser à 17:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Music stoun...Les règles de la Dance techno Music!!

djBien que tous les genres musicaux ont des règles bien spécifiques, propres à chaque type, la Dance ou Techno Music restent parmi les derniers nouveaux-nés, qui se caractérisent eux aussi certainement par des règles bien spécifiques »

D’abord, ce genre musical contemporain est une suite rythmique de notes musicales, qui sont caractérisés essentiellement par la rapidité du rythme, sa tendance vers la joie et l’inspiration. Parmi ses Interpréteurs de notre temps, on retrouve : Dj Bob, Dj Scooter, Benassi Beaurealis, Sandy, Atb, Atc, Eiffel 65, Coronna, Aqua, Venga boys...etc. Les morceaux de ces chanteurs, et d’autres qui ont choisi ce type musical, se caractérisent par :

1. Absence ou rareté des paroles prononcés lors de l’évolution du morceau, c’est-à-dire, dans la musique Dance/Techno, l’intérêt des paroles est minime, alors que l’intérêt du son et du rythme est dominant, voire primordial.

2. Existence de Cinq étapes essentielles composant ses morceaux et qui sont :

a . L’Entrée : une phase du début du morceau, caractérisée par un rythme doux, bas, à peine entendu, qui tend vers le silence et le va-et-vient ; Ici, le chanteur (ou la chanteuse) peut lâcher quelques mots d’introductions, et qui se répètent d’habitudes de temps en temps durant le reste des étapes.

b . Le Corps : seconde phase, durant laquelle le rythme s’accélère de manière progressive, devenant entendu, et fort, le son ici est absent, soit présent à une reprise ou deux maximum.

c . La récréation : troisième phase, aussi importante, et impossible d’être absente, durant laquelle, le rythme retombe dans la phase de l’entrée, parfois il y a une coupure totale du son (pas de rythme), et dont la durabilité temporaire change de morceau à autre, mais généralement, la récréation a un temps, qui convient à la durée du corps, et constitue surtout une phase qui divise le morceau en deux, c à d, si le corps dure 5 minutes, la récréation tourne auprès de 2,5 minutes, et après se relance le rythme pour une durée de 5 minutes encore approximativement.

d . Le Deuxième corps : on peut dire que c’est une copie-reprise du corps de la deuxième phase, avec le même rythme, et vitesse après la récréation.

e . Le Déclin (ou la sortie =exit step) : phase encore semblable un peu à la récréation, mais qui diffère de cette dernière dans le fait, que le rythme ici, baisse pas à pas, et petit à petit, on remarque comme si les rythmes s’affaiblissent, et se mettent en dehors du corps second du morceau, jusqu’à l’obtention d’un Uni-rythme (rythme unique), ou parfois cette phase se fait brusquement, et ainsi tous les rythmes sortent et s’arrêtent en même temps, une fois pour toute.

3. Les morceaux interprétés de ce type musical sont si légers et même s’ils sont longs parfois, l’individu ne se sent pas lassé d’écouter le morceau, vu que le rythme change fréquemment (les étapes citées). Ceci est dû aussi à son activité rythmique, qui même, si parfois tend à indiquer un moment de peine, de perte, de réflexion sur les éléments qui nous entourent, l’indique et le sous-entend par un battement musical ou une continuité instrumentale parfaite.

Mais, on ne peut pas négliger que le corps de la musique techno/dance est bruyant, et peut déranger certaines personnes, notamment nos parents, et nos grands-parents... Mais cela reste parmi les musiques de cette génération, et avant tout un genre musical à part, qui dispose de ses propres règles, et jouit de ses propres droits d’être écouté et adoré. D’ailleurs, c’est son rythme musical rapide et actif qui explique la présence des morceaux de ce genre musical dans les salles de Gymnastique ! Malheureusement, ce produit musical contemporain trouve refuge aussi et avec force, dans les boites de nuit, ce qui le ridiculise, et lui fait perdre sa valeur musicale, dans de tels endroits, et de telles circonstances (...)

Enfin, toute personne qui aura l’occasion de lire cet article, pourra elle-même s’assurer de la validité des règles, étapes et principes, en prenant un peu de temps à écouter l’un de ces morceaux des chanteurs déjà cités ou autres. Car entre nous, les Nominations et les règles que vous avez eu l’occasion de rencontrer (entrée, corps, récréation, deuxième corps, déclin ou sortie) sont une créativité personnelle qui a surgit après écoute continue et longue, et aussi par amour de ce genre musical...

Posté par politiser à 16:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

l'exazâ stoun...Les secrets du Piratage à rabat madina ((l'exzâ!))

Qui conné bien la ville de Rabat dois surment connétre la mafia du piratage ' l'exzâ ' , les techniques de piratage different d'un pirateur a l'autre , chaq'un a une 'spécialité' , Il y a ceux qui se sont spécialisés dans le flashage des cartes. Leur astuce consiste à charger un logiciel pirate dans la mémoire des terminaux numériques dans le but de remplacer et/ou compléter le logiciel original.D'autres préfèrent fabriquer les cartes en question avec un encodeur numérique qui produira des sortes de clones de l'original.On peut également faire beaucoup de choses avec Internet. C'est une mine d'or inépuisable pour les «craqueurs». Ces derniers font en effet exploser les visites des sites qui proposent ouvertement des services de décryptages. La majorité des pirates de Derb Ghallef n'ont en fait rien de génie. Ils se contentent de repêcher les codes sur ces sites grâce à des logiciels de décryptage piratés aussi et vendus à Derb Ghallef même, au prix de 7 dirhams.
yabiladi

Posté par politiser à 15:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

actualité stoun.. L''affaire NICHANE

l'affaire NICHANE
689409026Le procès contre un hebdomadaire indépendant marocain, qui avait publié en décembre un dossier sur les plaisanteries en vogue dans le pays, s'est ouvert lundi matin devant le tribunal de première instance de Casablanca.

Dans la salle d'audience où avait pris place de nombreux journalistes, des ONG et un représentant de Reporters sans frontières, le président Noureddine Kassine a commencé à interroger la journaliste Sanaa Al Aji, auteur de l'article dans l'hebdomadaire arabophone Nichane.

""J'ai toujours respecté la religion et la société"", a-t-elle répondu au magistrat qui lui demandait où fixait-elle ""la ligne rouge à ne pas franchir en matière de sacralité politique, sociale et religieuse"".
""Je n'ai fait que rapporter aux lecteurs un phénomène que connaît le Maroc au niveau du rire et de l'anecdote. Nous n'avons pas porté de jugement sur la religion, la politique ou la monarchie"", a-t-elle ajouté.
                                             
                                                                                                                                M.Sbai

Posté par politiser à 15:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

poltique stoun... le grand contrat d'armes entre l'Algérie et la Russie a provoqué un vent de panique au maroc

Alger a signé un accord d'équipement militaire avec la Russie de 7,5 milliards de dollars lors de la visite de poutine à Alger qui remet en question l'équilibre stratégique au Maghreb, cet accord a surpris le Maroc tant par son montant financier que par les matériels militaires acheté par Alger qui représente le meilleur de la technologie mondial .

Il s'agit de :
mig_29
- 40 avions de combat Mig-2 (voir photo)   
-28 chasseurs Soukhoï-30-
-16 d'entraînement Yak-130-
-8 systèmes de missiles sol-air S-300-
-Une Quarantaine de blindés-
                               -------------------------------------------------------------

                                     vite-fait! La France livre 18 avions Rafale au Maroc

Selon des sources concordantes, l'Arabie Saoudite financera une grande partie de cette acquisition, soit 12 sur 18 appareils appartenant à Dassault Aviation.

Incontestablement, le grand contrat d'armes entre l'Algérie et la Russie a provoqué un vent de panique dans dans noter pays . Pour le Maroc, la consolidation du système de défense aérien algérien grâce à l'acquisition d'une flotte considérable (une soixantaine d'avions de combat : 37 de type Mig 29 et 28 de type Sukkoi 30) est une menace avérée à sa sécurité. Aspirant à instaurer un équilibre des forces au Maghreb, notre pays a tôt fait de réagir à la transaction avec Moscou (elle remonte au printemps 2006) en exprimant à son tour l'intention de renforcer son propre arsenal.

Dans l'impossibilité d'avoir le même nombre d'avions que l'Algérie, il tend à posséder des appareils de grande performance. Sur ce point, les Rafale ont plusieurs atouts. Ils sont à la fois défensifs et offensifs. Ils volent dans toutes les conditions climatiques, en basse et en haute altitudes.
---------------------------
Pourquoi le RAFALE ?..!

Une Armée de l'Air moderne doit être en avance sur l'instant. Apprécier l'évolution future des situations stratégiques, imaginer les systèmes d'armes susceptibles de fournir les capacités requises par cette évolution, viser la qualité technique adaptée à ce que sauront faire les aviations des alliés ou des adversaires, tels sont les devoirs constants d'un état-major chargé de procurer en permanence au pays l'outil militaire d'une politique de défense. L'état-major a donc toujours, en principe, un projet d'avion de combat futur. Mais il y a des évolutions douces et parfois des ruptures. Il y a des sauts techniques qu'il faut franchir si l'on veut rester dans la course. Il y a aussi des discontinuités dans l'adéquation des coûts aux budgets possibles. Parfois le saut technique, nécessaire à l'efficacité, engendre une augmentation des prix trop brutale pour que l'opinion publique puisse adhérer : le citoyen est toujours persuadé de payer trop dimpôts et, en l'absence d'une menace pressante, trouve toujours excessif le prix de la Défense.
rafale1
                                                                                                                                                                                                                           

                                                                                                                                   M.Sbai

Posté par politiser à 15:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]